La Banque Mondiale étudie l’utilisation d’une seule monnaie pour Haiti et la RD

translation services

Image result for peso dominicano

C’est un document de 70 pages produit en 2010 qui récemment a fuité dans les médias et fait le débat parmi les économistes dominicains. Intitulé, « Essai sur une union économique et monétaire entre la République Dominicaine et Haïti », il est rédigé par l’économiste Emmanuel Pinto Moreira pour la Banque Mondiale.

On y apprend qu’une éventuelle union monétaire et économique entre la République dominicaine et Haïti serait bénéfique à plusieurs égards. Cela permettrait la réduction des coûts de transaction, car il ne serait pas nécessaire de changer les devises pour commercer ; une plus grande intégration financière ; une réduction de l’incertitude associée au taux de change dans ces échanges et de la prime de risque exprimée dans le taux d’intérêt intérieur, ce qui stimulerait l’investissement.

« À ce stade, un certain nombre de conditions ne sont pas remplies pour que les deux pays bénéficient pleinement de l’union économique et monétaire. En même temps, cependant, l’endogénéité de la plupart de ces critères (y compris le degré de synchronisation des cycles économiques) favorise un programme agressif à moyen terme pour l’intégration entre eux », peut-on encore lire dans le rapport.

Une union économique entre deux pays suppose un marché à monnaie unique, administré par une seule autorité monétaire. L’adoption d’une monnaie commune est généralement considérée comme la phase finale d’un processus graduel d’intégration économique, explique ce rapport qui promet d’alimenter un débat en Haïti.

Si une telle politique venait à être mise en place, il n’est pas clair quelle monnaie serait privilégiée : la gourde ou le peso ?

 

Share Button

A lire aussi/More from the site


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *