Les Blagues du Vendredi, 8 Mai 2015

translation services

Suite aux attaques répétées des loups contre les troupeaux de moutons, une réunion entre bergers, représentants de l’état et écologistes a eu lieu.
Aux bergers qui réclamaient l’organisation de battues destinées à tuer le maximum de loups pour en contrôler la population, les écologistes ont présenté une alternative.
La solution « plus humaine » préconisée par les Verts était celle-ci:
« Capturons les loups vivants, faisons une vasectomie aux mâles puis relâchons les. Ainsi, les loups opérés garderont leur instinct de mâles, il feront comme d’habitude leurs saillies sur les femelles, mais par contre, les femelles ne seront plus fécondées, c’est de cette manière que la population sera le mieux contrôlée. »
Lorsque le représentant des écolos eut terminé son exposé, les bergers prirent quelques secondes pour réfléchir à la proposition, puis un vieux fermier qui avait fait le déplacement, se leva d’un bond, prit son chapeau et le claqua par terre en s’adressant au représentant des Verts:
« Écoute gamin, je crois que t’as pas bien saisi le problème: les loups, ils ne baisent pas nos moutons… ils les bouffent ! »

 Dans un restaurant très chic, un homme a un besoin urgent d’aller aux toilettes.
Hélas, toutes les cabines sont occupées. Le maître d’hôtel, compatissant, voyant le gars à limite de se faire pipi dans son pantalon, lui offre d’utiliser les toilettes des dames.
– Attention, lui dit-il, il ne faut pas toucher aux boutons, à gauche sur le mur, portant les lettres  » E.C « ,  » A.C « ,  » H.P  » ou  » E.T.A  »
– Promis. Promis. Merci.
Et l’homme disparaît derrière la porte. Une fois qu’il a satisfait la partie la plus urgente de ses besoins, plus détendu, il commence à lire les lettres sur les boutons. Et, bien évidemment, la tentation étant trop forte, sa curiosité l’emporte. Il appuie sur le bouton marque  » E.C « . Immédiatement, un jet d’EAU CHAUDE lui caresse doucement les fesses.
Mon Dieu, pense-t-il, les femmes sont gâtées… Sur sa lancée, il presse en suite le bouton suivant marque  » A.C  » et un souffle d’AIR CHAUD lui assèche le derrière.
– Wow ! Hé ! Hé ! Magnifique !!!
Enhardi par ce succès, il presse ensuite le bouton  » H.P  » et très lentement une large HOUPETTE de POUDRE parfumée lui tapote délicatement le derrière.
Merveilleux ! Il décide donc d’essayer le dernier bouton marque  » E.T.A  » Et la, il ressent un énorme douleur qui le fait hurler comme peu de bêtes le font et il s’évanouit…
Il se réveille sur un lit d’hôpital. Confus et ébranle, il sonne l’infirmière :
– Qu’est-ce qui m’est arrive ?
– Bien, vous étiez dans les toilettes du Chic Grand Restaurant et vous avez appuyé sur des boutons interdits…
– Mais voyons. Chaque bouton me procurait des sensations merveilleuses…
– Oui, oui, c’est vrai, mais le dernier, identifie par les lettres  » E.T.A  » signifie  » Enlève Tampax Automatique « … Ah! Au fait, votre pénis est sous votre oreiller…

Un petit épicier de quartier voit s’ouvrir un petit restaurant chinois juste à côté de son magasin.
Un jour le petit chinois vient voir l’épicier.
– Bonjour Monsieur, je voudrais 5 boites de Whiskas.
– Non non, pas question, je te connais tu vas servir ça à tes clients.
– Non Monsieur, j’ai trois chats.
– Ok amènes moi tes chats et on verra.
Le petit chinois montre ses chats à l’épicier et repart avec ses boites de whiskas.
Quelques jours plus tard, le petit chinois revient.
– Bonjour Monsieur, je voudrais 3 boites de Canigou
– Hors de question, ce coup ci tu ne me feras pas le coup, tu vas servir ça à tes clients.
– Non Monsieur, j’ai trois Labrador.
– Amènes les et on verra.
Le petit chinois montre ses chiens et repart avec ses boites de Canigou.
Quelques jours plus tard, le petit chinois entre dans l’épicerie avec un paquet à la main.
Il le pose sur le comptoir, l’ouvre et laisse apparaître quelque chose qui pourrait faire vaguement penser à des boulettes de viande.
L’épicier se dit que finalement il est bien gentil ce petit chinois puisque il lui apporte une de ses spécialités pour lui faire goûter.
L’épicier trempe son doigt dans le contenu du paquet, goûte.
– Mais….c’est de la merde !
– Oui, je voudrais trois rouleaux de papier hygienique, s’il vous plaît.

Une dame est à la fenêtre de sa maison et voit se garer devant chez elle un camion des Travaux Publics.
Un premier gars en descend, prend une pelle et creuse un trou, puis va deux mètres plus loin et creuse un deuxième trou. Et ainsi de suite..
Un deuxième gars sort alors du camion, prend une pelle et rebouche tous les trous que son collège continue à creuser. Intriguée, la dame va les voir et les interroge sur leur travail.
Et le premier agent lui répond :
– Je sais que ça peut paraître bizarre. D’habitude nous sommes trois dans l’équipe mais aujourd’hui le gars qui plante les arbres est en congé !

 

Quelle est la différence entre la bière et l’urine ?
– Environ un quart d’heure.

 C’est deux gars qui sortent d’une fête et ils sont totalement bourrés, ils arrivent devant un hôtel et ils entrent, à l’intérieur ils demandent à la secrétaire :
– On veut deux chambres avec deux prostitués et vite !
La femme répond :
– On n’a pas de prostitués ici désolé, ce n’est pas l’endroit pour cela…
Le premier gars dit alors :
– On en veut deux et vite !!!
La femme commençant à paniquer avec ces deux énergumènes, appelle la directrice, à son arrivée, elle demande ce qu’il se passe :
– Madame la Directrice, ces messieurs veulent une chambre accompagnée…
La directrice chuchote alors à la secrétaire :
– Mets leur des poupées gonflables, ils ne remarqueront, rien, ils sont bien trop bourrés !
La secrétaire s’exécute, le lendemain les deux gars se retrouvent et discutent de leur nuit torride respective ; le premier dit :
– Écoutes, hier c’était, super d’ailleurs c’était tellement bien qu’elle bougeait plus !!! ha ! ha ! ha, quels pieds ! et pour toi, c’était comment ?
– Ha oué ! super bien aussi au début ! Mais je ne comprends pas la meuf, quand je lui ai mordu le sein, elle a sauté par la fenêtre en sifflant bizarrement !

 

 L’ours, le lapin et la grenouille magique
C’est un ours qui poursuit un lapin.
L’ours :  » J’vais t’attraper, petit salopard de lapin. »
– Le lapin :  » Va chier, ours de merde.  »
Les deux traversent un champs et là, se retrouvent devant
une grenouille magique…..
La grenouille :  » Stoppez là vous deux !!! Je suis une grenouille magique et je peux exaucer 3 voeux pour
chacun… Qui commence ? »
L’ours :  » Moi, moi, je suis le plus gros ! »
La grenouille :  » Vas-y l’ours… Quel est ton premier voeu?  »
L’ours:  » Moi, je veux que tous les ours de la foret soient des femelles. »
La grenouille :  » Pas de problème, ton voeu est exaucé et toi le lapin ? »
Le lapin :  » Moi, je veux un casque de moto  »
L’ours en regardant le lapin: « T’es vraiment con toi !!!  »
La grenouille :  » Pas de problème, ton voeu est exaucé.
Voila ton casque. A toi l’ours pour ton 2ème voeu. »
L’ours : »Moi je veux que tous les ours des forets voisines soient des femelles. »
La grenouille :  » Ok, pas de problème…. C’est comme si
c’était fait. A toi lapin. »
Le lapin :  » Moi je veux une moto à ma taille et ultra puissante.  »
La grenouille :  » Pas de problème, la voilà.  »
L’ours en regardant le lapin :  » T’es vraiment trop con toi !!! »
La grenouille :  » Bon et pour votre dernier voeu ? »
L’ours :  » Je veux que tous les ours de cette planète soient des femelles, sauf moi.  »
La grenouille :  » Ok, c’est fait ! Et toi le lapin, ton dernier voeu? »
Le lapin met son casque, monte sur sa moto et démarre à fond et crie en montrant l’ours : « J’VEUX QU’IL SOIT PEDEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!

 

Deux copains parlent jardinage.
L’un deux dit à l’autre,:
Quel est ton secret pour obtenir les énormes tomates que j’ai vues dans ton jardin hier.
– Hmmm… je ne sais pas si je dois te le dire car tu ne me croiras pas.
Mais le premier insiste. Du coup l’autre lui révèle son truc:
– Eh bien, tous les soir après le souper, je prend ma douche, j’enfile ma robe de chambre et je vais au jardin. Je me mets devant mes plantations et j’ouvre ma robe de chambre toute grande pendant cinq minutes, c’est tout.
Le lendemain, le premier exécute le même rituel que son ami et ainsi de suite les jours suivants. En peu de temps il voit ses tomates grossir énormément. Il en est très satisfait.
Sa jolie voisine, ayant remarqué les énormes tomates veut connaître son secret. Un peu embarrassé, il tente d’éluder la requête, mais elle insiste, et rouge de confusion, il doit lui aussi confier sa méthode. La voisine, ravie, lui dit qu’elle aussi va l’essayer.
Après deux semaines, n’ayant pas eu de nouvelle de sa jolie voisine, il va sonner chez elle.
– Alors, ces tomates, elle sont à votre goût?
– Bof, lui répond-elle, elles sont toujours petites, mais vous devriez voir mes concombres, il sont énormes…

 

François Hollande meurt accidentellement…
Il est accueilli au Paradis par Saint Pierre qui lui dit :
– Bienvenue. Cependant, nous devons régler un petit problème. Nous voyons si rarement des chefs de parti, ici que nous ne sommes pas certains de ce que nous devons faire de toi. Le Grand Patron veut que tu passes un jour
en Enfer et un jour au Paradis. Tu devras ensuite choisir l’endroit où tu voudras passer l’éternité.
– Mais j’ai déjà décidé, je veux rester au Paradis.
– Je regrette, mais nous avons nos règlements.
Saint-Pierre conduit François Hollande vers un ascenseur qui le conduit en Enfer. Quand la porte s’ouvre, il se retrouve sur un magnifique terrain de golf tout vert, le soleil brille dans un ciel sans nuages et il y fait un parfait 25 degrés. Au loin se profile un superbe club house. A l’avant de l’édifice se trouvent son papa ainsi que Guy Mollet, Charles Hernu et le promeneur du Champ de mars.
Une grande partie de la droite est là aussi; tous ces beaux personnages s’amusent, heureux et habillés de façon élégante mais décontractée (Dior, Versace, Armani, etc.). Ils accourent à sa rencontre, l’embrassent et se mettent à brasser leurs souvenirs d’antan et leurs débats homériques (ha! ha!).
Ils jouent une partie de golf amicale et dînent au homard et au caviar.
Le Diable offre même une consommation glacée.
– Bois donc ce Margarita et relaxe un peu, François !
– Euh, ben, je ne peux plus boire, j’ai fait un serment.
– Voyons, mon garçon, c’est l’Enfer ici. Tu peux boire et manger tout ce
que tu veux sans t’inquiéter . À partir de maintenant, ça ne peut qu’aller de mieux en mieux!
François Hollande boit son cocktail et commence à trouver le Diable sympathique. Il est gentil, raconte de bonnes blagues, aime aussi jouer de bons tours, etc…
Ils s’amusent tellement qu’ils ne voient pas le temps passer. Arrive pourtant l’heure de partir.
Tous ses amis le serrent dans leurs bras et François Hollande prend l’ascenseur qui monte vers le Ciel.
Saint-Pierre l’attend à la sortie.
– C’est maintenant le temps de visiter le Ciel », lui dit le vieil homme,en ouvrant la porte du Paradis.
Pendant 24 heures, François Hollande doit frayer avec Jean Moulin, Jean Jaurès, De Gaulle et toute une confrérie de gens bienveillants qui conversent de sujets beaucoup plus intéressants que l’argent et qui se traitent l’un l’autre avec courtoisie. Pas un seul mauvais coup ou une seule blague cochonne; pas de « club house » mirobolant mais un resto
ordinaire.
Etant donné que ces gens sont tous pauvres, il ne rencontre aucune connaissance, et il n’est pas reconnu comme quelqu’un d’important ou de spécial ! Pire ! Jésus est une espèce de hippie, un hurluberlu qui ne parle que de « paix éternelle » et ne cesse de répéter ses insipides rengaines : « Chasser les marchands du Temple, il sera plus difficile à un riche d’entrer dans mon royaume qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille, etc.»
La journée terminée, Saint Pierre revient…
– Alors, François, tu dois maintenant choisir.
François Hollande réfléchit pendant une minute et répond :
– Bien, je n’aurais jamais pensé faire ce choix. Hum? Bon, je trouve le Paradis «intéressant», mais néanmoins je crois que je serais plus à l’aise en Enfer avec mes amis.
Saint-Pierre l’escorte alors jusqu’à l’ascenseur et François Hollande redescend jusqu’en Enfer.
Quand les portes s’ouvrent et il se retrouve au beau milieu d’une grande plaine brûlée et stérile, couverte de vidanges et de déchets toxiques industriels. Il est horrifié d’apercevoir tous ses amis, en guenilles et enchaînés tous ensemble, qui ramassent des déchets pour les mettre dans des grands sacs noirs. Ils gémissent de douleur, se plaignant de leur supplice, leurs mains et leurs visages noirs de saleté.
Le Diable s’amène, mettant son bras velu et puant autour des épaules du nouveau.
– Je ne comprends pas, balbutie François Hollande en état de choc, lorsque j’étais ici hier, il y avait un terrain de golf et un « club house »; nous avons mangé du homard et du caviar et nous nous sommes soûlé. On s’est envoyé en l’air comme des lapins et on s’est tous follement amusés. Maintenant, je ne vois qu’un désert rempli d’immondices et tout le monde a l’air misérable.
Le Diable le regarde, lui sourit sournoisement et lui susurre à l’oreille
– Hier nous étions en campagne électorale; aujourd’hui, tu as voté pour nous!

Socialisme :

Vous avez 2 vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous partagez le lait.

COMMUNISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous fournit en lait.

FASCISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous vend le lait.

NAZISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.

DICTATURE :
Vous avez 2 vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.

FEODALITE :
Vous avez 2 vaches. Le seigneur s’arroge la moitié du lait.

DEMOCRATIE :
Vous avez 2 vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.

DEMOCRATIE REPRESENTATIVE :
Vous avez 2 vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.

DEMOCRATIE DE SINGAPOUR :
Vous avez 2 vaches. Vous écopez d’une amende pour détention de bétail en appartement.

ANARCHIE :
Vous avez 2 vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.

CAPITALISME :
Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.

CAPITALISME DE HONG KONG :
Vous avez 2 vaches. Vous en vendez 3 à votre société cotée en bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès
de votre banque. Puis vous faites un  » échange de lettres contre participation », assorti d’une offre publique, et vous récupérez 4 vaches dans l’opération tout en bénéficiant d’un abattement fiscal pour l’entretien de 5 vaches. Les droits sur le lait de 6 vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d’une société des îles Caïman, détenues clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée les droits sur le lait de 7 vaches. Au rapport de ladite société figurent 8 ruminants, avec option d’achat sur une bête supplémentaire. Entre temps vous abattez les 2 vaches parce que leur horoscope est défavorable.

CAPITALISME SAUVAGE :
Vous avez 2 vaches. Vous vendez l’une, vous forcez l’autre à produire comme quatre, et vous licenciez l’ouvrier qui s’en occupait en l’accusant d’être inutile.

BUREAUCRATIE :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement publie des règles d’hygiène qui vous invitent à en abattre une. Après quoi il vous fait déclarer la quantité
de lait que vous avez pu traire de l’autre, il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la
vache manquante.

ECOLOGIE :
Vous avez 2 vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.

FEMINISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une de vos vaches pour un taureau que vous trayez aussi.

SURREALISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement exige que vous leur donniez des leçons d’harmonica.

CAPITALISME EUROPEEN :
On vous subventionne la première année pour acheter une 3ème vache. On fixe les quotas la deuxième année et vous payez une amende pour
surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour abattre la 3ème vache.

MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE BRITANNIQUE :
Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l’autre. La vache vivante devient folle. L’Europe vous subventionne pour l’abattre. Vous
la donnez à manger à vos moutons.

CAPITALISME A LA FRANCAISE :
Pour financer la retraite de vos vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (cotisation sociale de solidarité avec
nos amies les bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production de lait : le RAB (Remboursement de l’Ardoise Bovine). Les vaches se mettent en grève.
Il n’y a plus de lait. Les Français sont dans la rue :  » DU LAIT ON VEUT DU LAIT ». La France construit un lactoduc sous la manche pour
s’approvisionner auprès des Anglais. L’Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. On lève un nouvel impôt pour l’entretien du lactoduc devenu inutile: le IDLQV (l’Impôt Du Lactoduc Qu’est Vide) etc, etc……

REGIME CORSE
Vous avez deux cochons qui courent dans la forêt. Vous déclarez 20 vaches et vous touchez les subventions européennes.

Cliquez sur la fleche pour jouer la video

Share Button

A lire aussi/More from the site


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *